Bonjour Copro
Envoyer par email Imprimer
content-picture
Publié le mercredi 17 avril 2013
Résumé

 

 

Sur les trois premiers mois de l’année, les prix de l’immobilier se sont globalement maintenus en Belgique. Le prix des maisons est resté stable, tandis que celui des appartements a légèrement reculé. Plus frappant : le nombre de transactions immobilières a chuté de 5% au premier trimestre par rapport à la même période l'année dernière. Faute à la crise chypriote, selon Bart Van Opstal, le président de la Fédération royale du Notariat belge.
 
Pas de grande tendance à la hausse, mais pas de forte baisse non plus : le marché immobilier belge poursuit sa stabilisation, indique ce mardi le baromètre trimestriel des notaires. La stabilisation est même le "maître mot" depuis le deuxième trimestre 2012, indique le communiqué.
Sur les trois premiers mois de 2013, l’indice d’activité, qui mesure le nombre de transactions effectuées en Belgique, a affiché un très léger recul de 0,3%. 
 
En revanche, il est frappant de constater que, comparée à l'activité du premier trimestre 2012, l’activité du premier trimestre 2013 a reculé de 5,1%." Une baisse imputable au mois de mars, qui a connu le volume d’activité le plus faible, pour un mois de mars, depuis 2009 ", explique la Fédération. En revanche, les mois de janvier et février ont été particulièrement bons. 
 
Pourquoi cette chute d'activité en mars ? Selon Bart Van Opstal, elle proviendrait d'une chute de l'investissement. Les acheteurs qui cherchent à acheter pour louer ou pour empocher une plus-value à long terme auraient retardé leur décision d'achats au vu de la situation économique internationale. "En voyant ce qui s'est passé à Chypre, ils pourraient avoir envisagé une grosse crise internationale, avec l'euro en danger... Dans ce cadre, il n 'est pas très facile de prendre des décisions sur les investissements", explique-t-il. 
 
Quant à savoir si la chute des volumes pourrait se poursuivre, Bart Van Opstal reste prudent et préfère attendre les chiffres du prochain trimestre pour se prononcer.
 
Début de tendance baissière pour les appartements ?
 
En ce qui concerne les prix, les maisons d’habitation n’ont presque pas bougé. Leur prix a grappillé 0,1%, pour atteindre une moyenne de 229.359 euros. Mais ce statu quo cache deux tendances bien différentes : les prix ont grimpé en Wallonie (+2,6%) et à Bruxelles (+0,8%), tandis qu’ils ont reculé au Nord du pays (-1,3%).
Sur un an, les prix des maisons ont augmenté de 3,1% en moyenne, une croissance ramenée à 0,7% si l’on y retire l’inflation.
Les appartements ont moins bien résisté en ce début d’année: sur le premier trimestre 2013, par rapport au trimestre précédent, leurs prix ont diminué de 1,5% en moyenne. Ils ont reculé de 2,7% en Flandre et de 0,5% à Bruxelles, mais ils ont progressé de 1,4% en Wallonie. "Cette tendance à la baisse s'observe depuis le troisième trimestre", constate Bart Van Opstal. Et ce ne serait qu'un début, estime-t-il, en raison de l'offre d'appartements, bien plus élevée que celle des maisons.
En revanche, si les prix des appartements ont baissé en Flandre par rapport au premier trimestre 2012 (-2,2%), ils ont bondi de 6,7% en Wallonie et flambé de 8,6% à Bruxelles.