Bonjour Copro
Envoyer par email Imprimer
content-picture
Publié le mardi 15 mai 2012
Résumé

A retrouver sur le Forum de PIM. Voici la question:  

A retrouver sur le Forum de PIM.

Voici la question:

 

"Bonjour à tous,
 
La semaine dernière j’ai eu droit a mon assemblée générale annuelle…
 
Pour vous situer rapidement le contexte, la résidence de 19 entités que j’habite depuis quelques années a besoin d’effectuer plusieurs travaux plus ou moins urgent, à savoir, chaudière, ascenseur, rénovation façades avant et latérales. Nous avons fait récemment la cour arrière et sommes occupés à la rénovation des terrasses et de la façade arrière.
 
Pour les travaux encours, le fond de réserve est suffisant, mais pour ceux à venir, notre syndic (professionnel) envisageait la solution d’un crédit.
Celui-ci avait été avancé il y a deux ans, et lors de l’AG de l’année passée, notre syndic nous avait annoncé que les banques ne faisaient plus ce genre de produit. J’étais soulagé car cette solution ne me convenait pas. Je préférais avancer l’argent directement, mais le syndic voulait que toute la copropriété soit liée à ce prêt.
 
Dans l’ordre du jour de la convocation de cette année, il y avait un point « Obtention d’un crédit destiné à financer les travaux », sans autres documents ou informations complémentaires.
Il s’avère qu’il a trouvé une solution chez Dexia pour un prêt de 180000€ sur 96 ou 120 périodes à un taux de plus ou moins 5 % ce qui équivaut à une mensualité de 100 ou 130 €/mois.
 
Outre le fait que je suis contre les devis qui ont été approuvé, car :
- non comparable (aucun cahier des charges), 
- inutile
- inexistant. Un travail urgent a en effet également été décidé lors de cette AG, à savoir la rénovation de l’étanchéité de la toiture, dont aucun devis n’a été soumis mais pour lequel un budget de 70000 € maximum a été voté (travail qui ne servira à rien car les problèmes sont dû à de la condensation (je suis dans la construction et c’est mon métier de construire et rénover des bâtiments)).
 
Outre le fait que j’estime que le montant du crédit l’a été sans avoir toutes les pièces en mains, à savoir :
- des devis clairs, nombreux et comparables
- un décompte précis du reste du fond de réserve après travaux en-cours
- une estimation des primes pour la chaudière, la rénovation de la façade, l’isolation de la toiture
 
Outre ces points, j’étais prêt et j’ai donné mon accord pour effectuer ces travaux mais je ne vois pas pourquoi il ne serait pas possible de me désolidariser de ce prêt dans la mesure où j’ai les fonds pour sortir l’argent maintenant. 
 
Ce qui me dérange le plus, ce n’est pas de perdre 3000 ou 4000 € en intérêt, mais c’est surtout que je ne compte plus rester 10 ans dans cet appart, et je ne me vois pas vendre ça à quelqu’un avec un fond de réserve mensuel de 130€/mois (sans autres surprises) et 200 €/mois de charge.
 
J’ai envoyé un recommandé au syndic leur signalant que j’allais contester ce point du PV et leur demandait de ne rien signer qui m’engagerais, dans l’attente de revenir vers eux dans les 15 jc.
 
Il m’ont répondu que j’avais 4 mois pour contester auprès d’un juge de paix, ce que j’ai entre temps lu dans le livre de test achat sur les copropriétés (très bien fait par ailleurs). 
 
J’ai demandé lors de l’AG et deux fois par mail le contrat de Dexia car même ça nous n’avons pas. C’était d’ailleurs risible d’entendre le syndic lors de l’AG dire qu’il ne comprenait pas pourquoi les mensualités n’étaient pas fixes d’un mois à l’autre. Je ne sais même pas de quel type de crédit il s’agit et je dois m’y engager pendant 10 ans!!! Pourtant ce point a été voté à l’unanimité sauf moi ! Je me suis vraiment senti seul ce soir là…
A ce jour, ils m’ont répondu : « Dès conclusion et réception du contrat, nous vous en réserverons volontiers copie » ?
 
Désolé d’avoir été un petit peu long, mais j’aurais voulu avoir vos impressions sur ce sujet. C’est moi qui exagère ou ma démarche est-elle légitime ?
Peut-on envisager de casser cette décision sur base d’un critère abusif ou irrégulier voir frauduleux ?
 
Merci d’avance de vous lire."
 
Pour suivre le débat, cliquez ici