Bonjour Copro
Envoyer par email Imprimer
content-picture
Publié le lundi 16 juillet 2012
Résumé

Au cours du 2ème trimestre 2012, le nombre de transactions immobilières reste élevé. Dans un contexte international difficile, le marché immobilier belge résiste, grâce à une situation macroéconomique stable et à un comportement des ménages raisonnable. Au 2e trimestre 2012, le prix moyen des maisons en Belgique repart à la hausse (2,7%). Une maison d’habitation coûte en moyenne 228.525€. Quant au prix moyen des appartements, il se stabilise et passe de 198.372€ à 198.782€ (+0,2%).

Au cours du 2ème trimestre 2012, le nombre de transactions immobilières reste élevé. Dans un contexte international difficile, le marché immobilier belge résiste, grâce à une situation macroéconomique stable et à un comportement des ménages raisonnable.

Au 2e trimestre 2012, le prix moyen des maisons en Belgique repart à la hausse (2,7%). Une maison d’habitation coûte en moyenne 228.525€. Quant au prix moyen des appartements, il se stabilise et passe de 198.372€ à 198.782€ (+0,2%).

 

Nombre de transactions immobilières au cours du 2ème trimestre 2012 reste élevé

L’activité immobilière de ce 2e trimestre 2012 reste forte avec un indice de 102,8 et une progression de 0,2% par rapport au 2e trimestre 2011.

Le mois d’avril se dénote par un tassement du nombre de transactions avec un recul de 10,2% par rapport au mois de mars, ce qui explique le recul de 3,8% enregistré au 2e trimestre 2012 en comparaison avec le 1er trimestre 2012. Cependant, les mois de mai et de juin enregistrent à nouveau une activité très soutenue, similaire à celle des deux précédents trimestres, avec des augmentations mensuelles successives de 12,5% en mai et de 1,9% en juin.

Un marché immobilier fiable

L’inflation plus modérée de ce dernier trimestre, conjuguée à la stabilité des taux hypothécaires, contribuent à maintenir un marché immobilier fort. Les organismes de crédits y ont joué un rôle essentiel en raffermissant les conditions d’octroi suite à la crise financière de 2008 et en limitant les emprunts à plus de 100% de la valeur du bien.

De plus, les taux variables pratiqués dans notre pays comportent peu de risques étant donné qu’ils sont bien souvent capés ou limités.

Ce type d’offres de crédits répond à la demande du citoyen belge qui est un consommateur prudent, analysant son risque, ce qui explique sa préférence pour le taux fixe.

Alors que le contexte international est difficile et que la solidarité européenne est de plus en plus sollicitée, le marché immobilier belge résiste. Cela s’explique notamment par une situation macroéconomique plus stable et à un comportement des ménages plus raisonnable que chez certains voisins européens ou américains. Les ménages belges souhaitent, en effet, autant que possible éviter les risques ou les limiter au maximum.

Appartements

Au 2e trimestre 2012, le prix moyen des appartements en Belgique se stabilise et passe de 198.372€ à 198.782€ (+0,2%).

En Flandre, le prix moyen d’un appartement diminue à nouveau après le recul de 2,6% du précédent trimestre et passe de 204.943€ à 199.307 (-2,7%). En Wallonie, la tendance est inverse avec une progression du prix moyen de 5,3% soit 155.547€ contre 147.703€ au 1er trimestre 2012.

En région bruxelloise, le prix moyen augmente dans les mêmes proportions que les prix des maisons d’habitation avec 224.912€ contre 206.007€ au trimestre précédent, soit un bond de 9,2% qui vient compenser la diminution de 8,7% connue au 1er trimestre 2012.

Nous rappelons que ces chiffres, comme pour les maisons d’habitation, comprennent également les références des nouvelles constructions parmi lesquelles les appartements représentent une large part du marché.