Bonjour Copro
Envoyer par email Imprimer
content-picture
Publié le mardi 11 mars 2014
Résumé

Se disant en surcharge de travail depuis de récentes modifications législatives, les syndics professionnels laissent une frange toujours plus grande de copropriétaires insatisfaits. Qui refusent de les payer davantage…

Se disant en surcharge de travail depuis de récentes modifications législatives, les syndics professionnels laissent une frange toujours plus grande de copropriétaires insatisfaits. Qui refusent de les payer davantage…

Ils ont tous leur petit calepin, ou leur ordinateur portable. Réunis dans l’une des pièces communes de cette copropriété uccloise de 110 appartements, ils égrènent les différents points de l’ordre du jour. Autour de la table, les copropriétaires – dont un seul habite sur place – parlent aménagement de l’esplanade, remplacement des châssis ou encore rénovation de la chaufferie. Nous sommes en plein conseil de copropriété. Une réunion facultative qui peut se tenir plusieurs fois par an entre un petit comité de copropriétaires et leur syndic. Objectif : faire avancer les dossiers en vue de l’Assemblée générale annuelle qui, elle, réunit l’ensemble des copropriétaires.

 
C’est Muriel Pierache, de la société Lamy Belgium, qui gère l’immeuble. Ce mercredi après-midi, elle est venue avec son patron, Marc Milcamps. Si ce dernier exerce son métier avec passion, il ne cache plus un certain malaise. Il vient d’ailleurs de signer une contribution « coup de gueule » dans l’un des derniers mensuels de l’Association belge des syndics et administrateurs de biens (ABSA). Il faut revoir à la hausse nos honoraires, écrit-il en substance. Et de pointer deux modifications législatives récentes qui, d’après lui, ont alourdi la charge de travail et la responsabilité professionnelle des syndics. Il y a tout d’abord la loi du 2 juin 2010 venue moderniser le fonctionnement des copropriétés et accroître la transparence de leur gestion. Et puis aussi un texte du 12 juillet 2012 prévoyant un plan comptable minimum normalisé pour les associations de copropriétaires.