Bonjour Copro
Envoyer par email Imprimer
content-picture
Publié le mercredi 26 janvier 2011
Résumé

Les propriétaires comme les locataires ont tous deux un intérêt dans la performance énergétique des bâtiments ; ces intérêts ne sont pourtant pas identiques. Les exigences relatives aux niveaux d’efficacité énergétique ne cessent d’augmenter mais la question demeure : qui va payer pour ce travail et qui bénéficiera des économies des coûts de l’énergie qui pourront être ainsi réalisées? Il y a un problème avec les incitations combinées, qui induisent ce que nous soulignons comme le «dilemme propriétaire/locataire».

Les propriétaires comme les locataires ont tous deux un intérêt dans la performance énergétique des bâtiments ; ces intérêts ne sont pourtant pas identiques. Les exigences relatives aux niveaux d’efficacité énergétique ne cessent d’augmenter mais la question demeure : qui va payer pour ce travail et qui bénéficiera des économies des coûts de l’énergie qui pourront être ainsi réalisées? Il y a un problème avec les incitations combinées, qui induisent ce que nous soulignons comme le «dilemme propriétaire/locataire». Dans un nouveau document, le CEPI et l’UIPI, l’Union Internationale de la Propriété Immobilière, fournissent des idées utiles pour de plus amples discussions et pour promouvoir le débat sur un sujet qui est important non seulement pour les professionnels de l’immobiliers et les propriétaires immobiliers, mais également pour un public européen plus large.

 

Les solutions au «dilemme propriétaire/locataire» sont déterminées par les systèmes juridiques en vigueur dans les différents Etats membres. Cependant, une grande partie de la législation relative à la performance énergétique provient de l’UE et c’est pourquoi, pour pouvoir fournir des solutions pouvant être utilisées dans différents pays, les professionnels de l’immobilier comme les propriétaires immobiliers qui ont désormais une vaste expérience pratique de ces questions, doivent débattre au niveau européen de ce qui peut être fait afin de promouvoir les « meilleures pratiques ».

A cette fin, le CEPI et l’UIPI ont questionné leurs associations membres respectives, les professionnels de l’immobilier et les propriétaires immobiliers, sur la situation dans leur pays et sur les solutions qui y sont éventuellement disponibles. Les résultats de cette étude sont présentés dans une nouvelle prise de position (disponible en anglais ici). Il transparait des résultats de cette étude que différentes solutions sont disponibles et tant les associations membres du CEPI et de l’UIPI reconnaissent la nécessité de s’attaquer à ce problème et l’utilité de l’introduction de système de résolution du dilemme propriétaire/locataire si l’on souhaite que les travaux de rénovation soient réalisés. De plus amples discussions et études sont nécessaires au niveau de l’UE afin de tirer parti des systèmes existants et de voir de quelle manière ces derniers pourraient être adaptés aux différents pays.